SCULPTURES INSTALLATIONS

LES NOSTALGIES

DÉLIQUESCENCE

Tissus synthétique, peinture acrylique, tapisserie marouflée sur bois, coquillage, 18 feuilles de papier glacé, faisceau lumineux (projecteur)

88po x 44po x 30po

 

FISSURE

Drap de coton, broderies au fil de coton et synthétique, vêtements de coton et synthétique, épingles, peinture acrylique sur toile (24x 30 po), gesso, medium acrylique, fil de fer, fleurs séchées, phrase projetée
Dimensions totales de l’installation : 112 po x 84 po X 40 po

TU NE MENTIRAS POINT

Prie-Dieu en pin, plâtre, peinture acrylique et techniques mixtes, livre caviardé, peinture métallique, napperon brodé en coton
36po x 20 po x 24po

VANITÉ

Coquillage, argile, peinture acrylique et métallique dorée, bois, miroir, plastique.

11po x 6 po x 5 po

CHIMÈRE

Coquillage, fourrure naturelle, argile, peinture acrylique.
9 po x 6po x 3po

Il s’agit d’une série d’œuvres issues d’une recherche que je poursuis autour de l’objet-mémoire. Cette idée est partie du désir de reformuler le souvenir d’un traumatisme vécu dans mon enfance en récits visuels métaphoriques et ambigus. Le thème principal qui traverse les œuvres est l’enfance. Celui-ci s’exprime au travers de multiples références qui se déclinent notamment autour de la famille, la religion, la transformation, les traces et la perte.

Chaque sculpture ou installation s’inscrit dans un ensemble cohérent où les œuvres se complètent en communiquant les unes avec les autres. Elles sont reliées entre elles par l’utilisation d’objets domestiques tels que des vêtements et tissus en dentelle et brodés de même que des matériaux naturels comme des fleurs, des coquillages, de la fourrure, ou de leurs imitations (fleurs sculptées ou peintes. Par ailleurs, l’utilisation de techniques d’artisanat traditionnelles telles que la couture, la broderie ou la peinture en trompe l’œil, permet de créer un univers qui, additionné aux références issues de la culture populaire et domestique, plongera, à première vue, les visiteurs  dans un univers familier et intime aux évocations nostalgiques.

La mise en place de cette atmosphère idyllique est aussitôt perturbée par des éléments provoquant un sentiment d’étrangeté, voire d’inconfort. Ainsi, dans l’installation Fissure, la délicatesse des broderies et des tonalités pastels évoque une douceur, une harmonie aussitôt dérangée par l’inquiétante présence désincarnée des robes de baptême et par l’angoisse inhérente à la phrase projetée sur le drap. De même, dans l’installation Déliquescence, les rideaux en dentelle évoquent la mémoire d’un lieu, la chambre de petite fille. L’innocence du voile contraste avec l’amoncellement de dentelles en papier aux apparences calcinées et dont la noirceur semble couler du bénitier. La sculpture Chimère est elle-même l’incarnation d’un animal polymorphe qui, tel une sirène, attire tout autant qu’il inquiète. Tu ne mentiras point, se présente comme l’évocation métonymique d’une scène de prière, mais, en se rapprochant, c’est la fragilité et la détresse des enfants emprisonnés dans la pierre qui domine.

Animée par le désir de nommer tout autant que celui de dissimuler, je mets en scène des œuvres qui en disent plus long qu’elles en montrent. J’amplifie la dimension sacrée du secret et interpelle le visiteur à regarder au-delà des apparences.