PEINTURE

Mon travail en peinture et techniques mixtes me permet d’explorer les notions d’identité et de mémoire au travers de représentations éclatées du corps et du paysage. Mes origines géographiques et familiales multiples nourrissent mon travail de réflexions et questionnements identitaires. Fascinée par les regards des personnages qui habitent les vieilles photos, je questionne la relation d’appartenance que l’on entretient avec nos histoires familiales : qu’elles soient vraies ou fantasmées, elles composent une mythologie qui façonne notre identité personnelle et dont mon travail s’imprègne.

Naturellement, l’idée d’intégrer à mes peintures des photos d’enfance et autres documents d’archives m’apparut comme un moyen de confronter plusieurs époques et lieux. Ainsi, depuis 2009, je collecte des photos digitales (anciennes photos de famille particulièrement), et des documents d’archives papiers (actes de naissances, cartographies, documents officiels anciens etc.). J’isole des éléments de ces documents (personnages, lieux ou accessoires emblématiques de l’enfance) que je transfère sur la surface, ou bien, je les reproduis, par le dessin ou la peinture, en modifiant les couleurs, les dimensions et le contexte. Tout un travail par ordinateur peut précéder l’étape d’intégration des éléments visuels collectés au tableau : les images papiers sont d’abord scannées; ensuite, en utilisant un logiciel de traitement d’image, je leur fais subir les modifications (agrandissement, luminosité, superposition, inversion etc.). Le travail de peinture permet ensuite d’intégrer les images qui ont été transférées, collées ou reproduites, réalisant des portraits dans lesquels les figures humaines, aux corps tronqués, en mutation, en déséquilibre se retrouvent au cœur de paysages déconstruits.